Ça fait quelques mois que vous attendiez cette nouvelle avec impatience. Et ça y est, c’est pour aujourd’hui. Vous allez avoir la chance de visiter l’intérieur du RMS Olympic !

Aujourd’hui, c’est le dimanche 10 juin 1911. Depuis une semaine déjà vous apercevez la silhouette massive du plus grand paquebot que le monde ait connu. Avec vos deux shillings en poche (6,50€ actuels) vous descendez Oxford Street. Les cheminées et les mats du paquebot surplombent les infrastructures du port de Southampton.

Alors que vous passez à l’angle de Queen’s Park votre vue se dégage et le voilà ! L’Olympic est amarré au tout nouveau quai de la White Star Line. Les travaux sur ces quais ne sont d’ailleurs pas encore terminés et vous vous demandez s’ils le seront vraiment un jour.

Vous pouvez retrouver une carte des docks de Southampton en 1907-1908 en suivant ce lien !

Un quai aussi neuf que le paquebot

Vous êtes un peu en avance ! Les portes n’ouvriront qu’à 10h00. Ça vous laisse le temps d’admirer la longue coque d’acier qui s’étale devant vos yeux.

Sur le quai, difficile de prendre du recul pour voir le paquebot dans son ensemble. La foule devient en plus assez compacte alors qu’on demande à tout le monde de se tenir prêt dans le calme.

les yeux sont tous tournés vers le navire. Et tout le monde a son mot à dire sur le premier né de la classe Olympic. Certains le trouvent trop grand, d’autres sont un peu effrayés, comme s’ils avaient le vertige devant un si gigantesque objet d’acier noir. D’autres encore sont ébahis par sa taille qui ridiculise les autres paquebots à quai.

L’Oceanic par exemple, était à son lancement il y a seulement 12 ans, le plus grand navire du monde et le joyau de la White Star Line. Aujourd’hui, il semble un peu désuet avec ses deux fines cheminées et ses 214,58 mètres de long.

Mais le sentiment qui domine parmi la foule aujourd’hui, c’est l’émerveillement. L’immense majorité des badauds qui se pressent sur le quai ne vivront jamais de traversée transatlantique. Avoir la chance de visiter l’intérieur du RMS Olympic, c’est entrevoir à quoi ressemble la vie des grands de ce monde. Une vie qui semble à des années lumière de la notre, à nous qui sommes aujourd’hui réunis en file, sagement sur le quai.

Beaucoup d’entre nous ne verront jamais d’autres contrées que celles de notre angleterre natale. Nous sommes dans une époque qui glorifie encore le temps long et les distances sont de véritables frontières entre les Hommes.

Une montagne d’acier

Dix heures. Ceux qui comme vous sont en avance échangent leurs deux Shillings contre un ticket d’accès à bord. La somme est importante mais vous savez que les bénéfices iront directement à des associations caritatives. Certains râlent quand même et demandent un rabais mais la White Star se montre inflexible.

En vous engageant sur la passerelle d’embarquement vous sentez votre cœur s’emballer. C’est la première fois que vous vivez une telle expérience. Bien sûr, vous aviez déjà navigué sur de petits ferries ou des bateaux de pêche dans votre jeunesse mais rien de semblable à l’Olympic. Vous vous sentez un peu comme un enfant qui va pour la première fois entrer dans ce magasin de jouet qui l’a tant fait rêver de derrière ses vitrines.

La passerelle est longue et vous suivez une file d’une quinzaine de personnes Et puis vous arrivez au bord de la passerelle. De là, la coque parait encore plus massive et gigantesque. Vous regardez sur votre droite puis sur votre gauche, l’acier est partout. Comment de simples Hommes ont-ils pu créer quelque chose de si grand, de si formidablement compact, massif ?

Alors que vous vous posez cette question les yeux rivés sur l’un des millions de rivets qui assemblent cette coque, on vous bouscule légèrement. Vous en auriez presque oublié de faire ce dernier pas qui vous sépare encore du paquebot. Et voilà ! Bienvenue à bord, vous êtes à l’intérieur du RMS Olympic.

L’émerveillement au Pont D

Le paquebot a été amené à quai la proue d’abord et se présente par tribord. On vous explique que vous êtes entré par l’accès principal des premières classes sur le pont D. Votre petit groupe d’une vingtaine de personnes va être guidé par un membre d’équipage.

Après avoir découvert l’entrée de première classe et ses portes habillées de fer forgé vous entrez dans la salle de récéption. Vous remarquez les trois ascenseurs qui se situent derrière le grand escalier.

La salle de réception de première classe

En tournant la tête sur votre gauche vous êtes tout simplement émerveillé. Et pour ne rien vous cacher, ça n’est que le début ! Devant vous, la salle de réception aux murs d’un blanc immaculé semble se prolonger sur un pâté de maison. Tout respire le neuf et le beau.

Le mobilier en rotin semble sorti d’un conte de votre enfance. Les hublots, cachés derrière des fenêtres mêlées de fer forgé baignent la pièce dans une lumière claire mais apaisante. Les colonnes de bois sont finement travaillées et les lustres semblent composés de milliers de diamants.

RMS Olympic interieur pont D salle de récéption
La salle de réception au pont D (4)

La salle à manger de première classe

Votre guide invite le groupe à avancer et vous vous dirigez vers une double porte au fond de la pièce qui est restée ouverte. Je pense qu’aucun visiteur n’était vraiment préparé à ce qu’il va voir. Alors que vous passez la porte vos yeux cherchent un point de repère en vain. Et vous vous demandez où commence et où finit cette pièce !

Vous êtes dans la salle à manger de première classe. Capable d’accueillir 532 passagers, c’est la plus grande pièce qui soit sur un paquebot grâce à ses 28 mètres sur un peu plus de 30. Là aussi le luxe est à tous les niveaux. Les sièges rembourrés en cuir et les tables déjà dressées invitent à s’installer pour savourer un repas hors du commun.

La pièce entière est décorée dans le style Jacobin du 17e siècle et les doubles hublots cachés derrière des fenêtres décorées de fer forgé apportent naturellement lumière et air frais.

RMS Olympic salle à manger de première classe
La salle à manger de première classe semble ne pas avoir de fin (5)

Un pont F qui invite à se dépenser

Après un tour rapide de la salle à manger, votre guide vous entraîne dans le grand escalier que vous descendrez d’un pont avant d’emprunter un second escalier plus étroit et bien moins décoré qui vous conduit au pont F.

Le bain turc

Juste après l’escalier vous prenez une petite porte sur votre droite qui vous conduit aux bains turcs. Les visiteurs semblent un peu perdus. La pièce est magnifique, richement décorée et très colorée mais personne dans l’assistance n’est habitué au style oriental. Et d’ailleurs, vous avez beau demander autour de vous, personne ne sait vraiment à quoi sert cette pièce !

Un peu irrité par la méconnaissance de son audience, le guide vous explique que vous venez de pénétrer dans la salle froide des bains turcs. A cet endroit, les passagers peuvent s’allonger et profiter de rafraichissements, de cigarettes et de lecture tout en prenant soin de leur corps.

C’est un luxe hors du commun, ça vous êtes tout disposé à le croire ! Des sales de massage, de sudation, et de shampoing prouvent que vous êtes à l’épicentre du plaisir corporel.

Dans une pièce adjacente on vous présente le bain électrique, une première sur un paquebot. Pour être franc, vous n’êtes pas certain de vouloir l’essayer. Vous faire enfermer dans cette grosse boite d’où ne sortirai que votre tête n’est pas de votre gout, et je vous comprend.

De toute façon l’endroit est exiguë et votre guide décide de rapidement passer à la suite de la visite.

“Aller aller, la suite de la visite de l’intérieur du RMS Olympic c’est par ici !”

La piscine

En passant deux portes c’est la surprise ! Vous voilà dans la piscine du navire. C’est la plus grande qui soit sur un navire. Elle mesure 10m sur 4.30 pour une profondeur de 1.80m. L’eau de mer y est renouvelée en permanence et il y a même un plongeoir.

Amusé, vous faites remarquer à la personne sur votre droite qu’avec un marbre pareil sur les marches qui descendent dans le bassin, l’endroit va bientôt changer de fonction pour devenir une patinoire. L’histoire ne tardera pas à vous donner raison !

Au fait ! Si le cœur vous en dit nous pouvons revenir visiter plus en détails la piscine ensemble. Il suffit de cliquer sur ce lien.

la piscine du rms olympic
La piscine de l’Olympic (11)

Alors que votre guide vous reconduit à l’escalier par lequel vous êtes arrivé plus tôt, un visiteur l’interpelle. Il est surpris qu’on ne visite pas le cours de squash du pont G. Le marin répond que ce n’est pas prévu dans la visite car le chemin pour y accéder est totalement différent. Décidément vous êtes heureux d’avoir un guide pour ne pas vous perdre dans ce labyrinthe.

Un long détour sur le pont C

Vous n’avez pas pu profiter du cours de squash mais c’est tout comme après avoir grimpé de 3 ponts par le grand escalier pour accéder au pont C. Là, le guide entreprend de vous faire passer dans les coursives qui mènent aux cabines de première classe. Le couloir semble faire des kilomètres et des dizaines de portes donnent sur des cabines plus luxueuses les unes que les autres.

Après ce qui vous a semblé une véritable randonnée, vous voilà à l’escalier arrière du navire. où vous allez grimper au pont supérieur pour poursuivre votre visite. Mais avant ça vous apercevez à l’angle du corridor les fenêtres du salon de coiffure réservé aux passagers de première classe.

Avant même que vous n’ayez le temps de réagir, voilà que les visiteurs se ruent dans le salon. Vous essayez alors de comprendre pourquoi cet attroupement soudain chez le coiffeur quand vous réalisez qu’il fait aussi boutique de souvenirs… Saurez-vous résister à la tentation ?

Retour aux grands espaces sur le pont B

Les panneaux de bois finement sculptés ne vous impressionnent presque plus désormais mais quelques belles surprises vous attendent sur le pont B.

Nous entrons dans le restaurant à la carte, la décoration de style Louis XVI y est bien plus chargée et sombre que dans la salle à manger du pont D mais ce n’est pas pour vous déplaire. L’endroit est plus intimiste, plus douillet, plus luxueux aussi. C’est là que les passagers fortunés, vous dit-on, viennent pour partager leur repas en compagnie de l’élite présente bord.

Vous avez à peine eu le temps de faire un tour de la pièce en vous faufilant entre les tables qu’il est déjà temps de retourner au grand escalier arrière, direction le pont A !

Des activités en pagaille sur le pont A

Arrivé au pont A vous vous dirigez avec votre groupe dans le fumoir de première classe. La pièce est extrêmement riche en éléments décoratifs de type Géorgien et chaque vitrail est unique. Difficile de savoir où poser les yeux. Tout ici est un hymne célébrant les menuisiers et ébénistes des chantiers Harland & Wolff. Ils ont vraiment fait un travail exceptionnel sur les panneaux d’acajou qui parent la pièce.

Vous essayez d’imaginer les hommes boire leur brandy autour d’un jeu de bridge alors que la fumée de leurs cigares enveloppe la pièce d’un brouillard presque surnaturel. Oui cette pièce a un sacré caractère !

RMS Olympic intérieur fumoir première classe
Le fumoir de première classe est très riche en ornements (1)

Vous passez la porte tambour au fond bâbord du fumoir pour passer au café véranda. Là l’ambiance est radicalement différente. L’espace est très clair et aéré, la pièce est garnie de plantes grimpantes. Le mobilier en rotin invite à la détente et aux idées printanières. Au fond de la pièce, les portes coulissantes qui donnent sur le pont promenade vous laissent imaginer que vous êtes dans une véranda au beau milieu de prés fleuris.

RMSOlympic café véranda
Le café véranda contraste radicalement avec le fumoir adjacent ! (8)

Crochet par le pont promenade

Votre groupe est invité par le guide à sortir du café par la portes coulissante bâbord puis vous tournez sur votre droite pour apercevoir la promenade. Vous comme la plupart des autres visiteurs êtes saisi par sa longueur.

“On pourrait y tenir une course hippique !” lance un visiteur sur le ton de la blague. Devant vous, plus d’une centaine de mètres de pont. Vous suivez le groupe le long de cette véritable piste de course et arrivez au niveau du salon de première classe.

En entrant, vous êtes immédiatement sous le charme. Les décorations de type Louis XV sont superbement réalisées, on se croirait presque au château de Versailles. Dans la pièce, des dizaines de petits recoins sont aménagés pour créer plus d’intimité. Au centre, un lustre illumine la pièce et la coupole d’aération qui le surplombe.

Il est ensuite temps de passer au salon de lecture et d’écriture du navire accessible par un couloir le reliant au salon. La pièce de style Géorgien est un coup de cœur immédiat pour les femmes de l’assemblée. Elles s’y voient déjà écrire de longues lettres en contemplant l’horizon par les grandes fenêtres qui donnent sur la promenade.

Le grand escalier et sa coupole

Nous sortons du salon de lecture et d’écriture et reprenons le couloir par lequel nous étions entrés mais cette fois vers l’avant du navire. Une porte s’ouvre devant nous et voilà précisément ce que vous voyez :

grand escalier de première classe
Le grand escalier et son horloge est un lieu iconique de la classe Olympic (9)

Vous aviez déjà emprunté le grand escalier dans des ponts inférieurs mais la beauté de ce lieu est saisissante ! Alors que vous vous avancez vers le chérubin en bronze qui vous accueille au pied des marches, vous levez les yeux. Vous êtes alors ébloui par la lumière qui se dégage du dôme qui surplombe l’escalier et l’inonde de lumière naturelle.

Vous montez quelques marches jusqu’à l’horloge représentant l’honneur et la gloire couronnant le temps. Le travail effectué sur le bois est incroyable. Décidément les gars de Belfast savent y faire !

Le guide vous invite à finir de grimper les quelques marches en direction du pont des embarcations.

Le pont des embarcations révèle ses secrets

Vous sortez par tribord. Le soleil tape fort sur le pont et vos yeux doivent se réhabituer à cette luminosité après plus d’une heure confinés dans le navire.

Vous tournez sur votre droite et vous rentrez immédiatement dans le gymnase. Là les questions fusent en tous sens. “C’est quoi ça ? Comment ça marche ? Vous vous fichez de moi ? Un chameau électrique ? Et pourquoi pas une chèvre ?”

Si vos camarades de visite n’ont pas l’air de saisir toute l’utilité de ces installations, vous avez l’intuition que passer plus de cinq jours en mer sans activité physique serait une mauvaise idée. Et vous avez raison.

Sur place vous pourrez donc faire de la musculation, de la boxe, du rameur, du chameau et du cheval mécanique ainsi que des courses de vélo entre amis (ou rivaux) !

rms olympic gynmase
Le gymnase de l’Olympic. Remarquez le nom de son jumeau présent sur le tableau derrière le punchingball (10)

En sortant du gymnase vous croisez les canots de sauvetage du navire. Vous n’en apercevez que 4 mais le guide indique qu’il y en a 20 en tout. Il vous rappelle aussi que l’Olympic, tout comme son jumeau encore en chantier, le Titanic, sont les navires les plus sûrs au monde !

C’est déjà la fin de la visite ?

Direction le pont D en réempruntant le grand escalier avant. Vous jetez un dernier coup d’œil derrière vous alors que vous franchissez le seuil du navire. La visite est terminée.

Le guide vous presse à quitter la passerelle, il repère déjà le prochain groupe qu’il va devoir promener dans les dédales du navire. Mais cette visite à soulevé beaucoup de questions en vous.

Vous vous demandez quand même à quoi ressemblent les cabines et restaurants de seconde et troisième classe. Comment fait-on fonctionner et vivre une telle machine qui s’apparente à une ville entière ? Quand à votre curiosité concernant les quartiers de l’équipage, elle demeure intacte.

Dans 4 jours nous serons le mercredi 14 juin 1911. Et l’Olympic se lancera à la conquête de l’océan Atlantique pour son voyage inaugural. Vous le savez, vous n’aurez pas toutes les réponses à vos questions aujourd’hui. Mais vous vous êtes fait la promesse de revenir visiter l’intérieur du RMS Olympic dès que possible, et c’est ce que nous ferons ensemble dans un prochain article !

Samuel Longin

Sources : The Titanic Commutator, volume 27, number 162 / Encyclopedia Titanica : Olympic deck plan

Photos : (1) Fumoir de première classe, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:SmokeRoom.jpg, photographie de Robert Welch pour Harland & Wolff / (2) Plan de Southampton, 1907-1908, National Library of Scotland / (3) RMS Oceanic XX / (4) Salle de réception, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:RMS_Olympic_Reception_Room.jpg / (5) Salle à manger de première classe, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:RMS_Olympic%27s_first_class_dining_room.jpg / (6) Bains turcs / (7) Piscine / (8) Café véranda, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Veranda_café_on_RMS_Olympic.jpg / (9) Le grand escalier, Library of Congress, http://loc.gov/pictures/resource/cph.3a27608/ / (10) Gymnase, Library of Congress, http://loc.gov/pictures/resource/cph.3a27619/ (11) La piscine du RMS Olympic, An unsinkable Titanic, Bernard Walker, https://en.wikipedia.org/wiki/File:Swimming_pool_of_the_Titanic.jpg /