Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur les liens entre le Capitaine Haddock et le RMS Olympic.

Le Capitaine Haddock à bord du RMS Olympic (1)

Le commandement de l’Olympic est un poste très convoité !

L’arrivée d’une nouvelle série de navires est événement majeur au début du 20e siècle. Les transatlantiques représentent ce qui se fait de mieux dans le monde maritime tant au niveau technologique que dans le confort et le luxe proposé aux passagers.

La White Star s’apprête à frapper très fort en recevant prochainement ses deux nouveaux paquebots, l’Olympic et le Titanic.

Nous sommes le 30 novembre 1910. Le chantier Harland & Wolff a lancé l’Olympic il y a tout juste 1 mois et 10 jours. Il a maintenant la lourde tâche de transformer cette coquille vide, pour en faire le plus fabuleux paquebot que le monde ait connu.

L’Olympic sera le plus grand paquebot du monde et le fleuron de la White Star Line. Recevoir son commandement, c’est aussi devenir Commodore de la flotte… Et recevoir le salaire qui va avec la fiche de poste.

Et pour l’occasion, la White Star indique même que le salaire de Commodore passera de 5 à 6.000$ annuels (l’équivalent de 160.000$ actuels). Naturellement, il y a de très nombreux candidats.

Félicitations Capitaine !

Mais revenons-en à ce mercredi 30 novembre 1910. Le Capitaine Haddock, alors au commandement de l’Oceanic reçoit les félicitations du Majestic par télégraphe. C’est comme ça qu’il apprend que la White star l’a choisi pour prendre le commandement de l’un de ses nouveaux paquebots, l’année prochaine.

Bien entendu, la nouvelle est rapidement relayée par les journaux New-Yorkais. Vous pouvez retrouver les articles traduits juste en dessous !

Vous remarquerez que le New York Tribune annonce que Haddock obtient le commandement du Titanic alors que l’article de The Sun, paru à la même date, annonce sa promotion au sein de l’Olympic.

New York Tribune - Vendredi 2/12/1910

Les capitaines Smith et Haddock sur l’Olympic et le Titanic

Le Capitaine Herbert J. Haddock au commandement du navire de la White Star Line Oceanic, qui a quitté le port de Southampton mercredi, a été félicité hier par télégraphe pour sa nomination au commandement du nouveau géant de la White Star, le Titanic

La nouvelle de ce choix pour le commandement du plus grand paquebot du monde ainsi que le transfert du capitaine “Ted” Smith de l’Adriatic vers l’Olympic est arrivée au port hier par le Majestic.

Depuis le lancement de l’Olympic (45.000 tonneaux) il y a quelques semaines à Belfast, les spéculations sont allées bon train quant à savoir qui en prendrait le commandement ainsi que le commandement de son sister-ship, le Titanic. Les candidatures ont été nombreuses. En effet, la promotion d’un capitaine pour un navire de plus gros tonnage s’accompagne d’une augmentation significative de salaire.

Le capitaine Smith, qui prendra le commandement de l’Olympic, est le commodore de la flotte de la White Star Line. Il a été assigné à l’Adriatic lors de son voyage inaugural. Sa place sur l’Oceanic avait été prise par le capitaine Haddock.

The Sun (New York) - Vendredi 2/12/1910

Le Capitaine Haddock apprend qu’il devient commandant de l’Olympic par télégraphe

Le Majestic de la White Star Line a envoyé dans la nuit de mercredi ses félicitations au commandant de l’Oceanic, le Capitaine Herbert J. Haddock, qui est aussi Commandant de l’Ordre du Bain et Réserviste de la marine royale pour sa promotion.

Le Capitaine Haddock a demandé des précisions. On lui a alors dit qu’il avait été sélectionné par la White Star Line pour prendre le commandement de son nouveau colosse, l’Olympic, qui entrera en service l’été prochain.

Le Majestic a aussi rapporté la sélection du Capitaine “Ted” Smith, Commodore de la flotte de la White Star, en tant que capitaine du sister-ship de l’Olympic, le Titanic. Ce dernier accompagnera l’Olympic sur la ligne transatlantique. Le Capitaine Smith est actuellement sur l’Adriatic qui a pris la mer hier pour Queenstown.

L’Olympic est trop long pour les quais de Chelsea et le problème est maintenant de savoir comment il pourra entrer au port. La compagnie a demandé au gouvernement d’allonger les quais sur la Hudson. Si aucun allongement n’est fait, le paquebot sera quand même arrimé au quai en laissant ses 24 derniers mètres de coque dans la rivière Hudson. Il y a cependant une loi contre ça et le navire qui l’enfreindrait serait retenu comme responsable.

New York Times - Mardi 06/06/1911

Le Capitaine Haddock deviendrait Commodore de la White Star avec un salaire augmenté

Le Capitaine E.J. Smith, R.N.R., commodore de la White Star Line, qui est aux commandes du nouveau géant Olympic, a atteint la limite d’âge et prendra sa retraite à la fin de cette année. Il sera relevé par le Capitaine H. J. Haddock de l’Oceanic, commandant de réserve, le seul skipper de la ligne atlantique à porter des rouflaquettes de l’ère Victorienne sans barbe ni moustaches.

Le second navire, le Titanic, qui devrait entrer en service sur la ligne New York – Southampton d’ici la fin de l’année, sera soit sous le commandement du Capitaine B.H. Hayes (de l’Adriatic) ou bien sous celui du Capitaine Henry Smith. Pour marquer l’avènement de l’Olympic, le salaire de Commodore de la White Star Line est passé de 5.000$ à 6.000$ à l’année. Ce qui en fait le plus gros salaire de l’atlantique. Le salaire du Capitaine du Titanic sera de 5.000$ à moins que son capitaine ne devienne Commodore de la flotte.

Étant donné que le voyage inaugural de l’Olympic se fera pendant le couronnement, Lord Pirrie, directeur du chantier naval Harland & Wolff à Belfast, où l’Olympic a été construit, ainsi que de nombreux invités, feront la traversée entre Southampton et New York lors du second voyage qui arrivera à New York le 19 juillet. Le groupe prendra ensuite ses quartiers au Ritz-Carlton jusqu’au départ de l’Olympic.

L’Olympic a été ouvert au public à Liverpool et Southampton. L’entrée était facturée 60 cents par visiteur et les profits ont été reversés à des œuvres de charité locales. Les officiels de la White Star Line à Liverpool ont dû eux aussi payer pour leurs tickets tout comme le reste du public. À son arrivée à New York, le nouveau Léviathan sera ouvert au public pour 50 cents par ticket. Les profits seront reversés à des organisations de charité New Yorkaises. Quand l’Oceanic est arrivé en 1899, les tickets étaient au même tarif et la somme de 10.000$ a pu être reversée aux organismes caritatifs locaux.

Le Capitaine E. J. Smith est prioritaire

Malgré les informations présentées dans ces articles de presse, il est intéressant de noter que la White Star a démenti le fait que le Capitaine Smith ait prévu de partir en retraite.

“Il y a eu des discussions concernant son départ à la retraite après 43 ans sur les mers, mais ceci a été démenti hier par la White Star Line. Le Capitaine Haddock deviendra le nouveau Commodore de la flotte de la White Star.”

Retrouvez l’article complet (en anglais) L’article du Sun paru le 16 avril 1912

L’article paru dans le New York Herald du 11 avril 1912 semble bien confirmer que Smith avait encore de quelques années de commandemant devant lui :

New York Herald - jeudi 11/04/1912

(…) Il avait été dit le mois dernier qu’il (Smith) prendrait sa retraite après avoir pris le commandement du Titanic pour un unique voyage. Au bureau de la White Star Line en ville, il a été dit hier qu’il resterait commandant du Titanic jusqu’à ce que la compagnie ne construise un plus grand et beau vaisseau.

Le Capitaine Smith aux commandes de l’Olympic en juin 1911 (2)

Smith est aussi et avant tout très apprécié de la clientèle huppée de la White Star. Certains passagers choisissent même de ne voyager que sous le commandement de Smith. Sa stature et sa notoriété ont donc très certainement été les éléments qui ont écarté Haddock du commandement de l’Olympic lors de son lancement sur la ligne transatlantique.

Smith prend donc le commandement de l’Olympic le 31 mai 1911 aux chantiers Harland & Wolff à Belfast. 

Sa carrière immaculée va se voir légèrement ternie par son passage sur l’Olympic. C’est sous son commandement que l’Olympic est entré en collision avec le Hawke le 20 septembre 1911 dans le canal de Solent.

Le Capitaine Haddock et le Titanic

Nous sommes maintenant le 25 mars 1912, Herbert Haddock, Capitaine de l’Oceanic, prend le commandement du Titanic à Belfast. Il ne gardera ce commandement que quelques jours. Le temps pour le Capitaine Smith de prendre le relais le 31 mars.

Le Titanic quitte Belfast le 2 avril pour rejoindre Southampton. C’est de là qu’il entamera, le 10 avril, la traversée qui le fera entrer dans l’histoire.

Haddock prend le commandement de l’Olympic

Cet extrait d’un article du Western People paru le 13 avril 1912 nous en apprend un peu plus sur ce que représentaient l’Olympic et le Titanic d’un point de vue technologique.

“(…) Titanic, en tant qu’instrument commercial, comme son jumeau l’Olympic, représente le plus haut niveau de compétence et de perfection dans l’architecture navale et l’ingénierie marine. Le succès de l’Olympic a été tellement grand que la popularité du Titanic est d’ores et déjà assurée. Le Titanic sera sous les ordres du Commandant Edward J. Smith, R.D., R.N.R., transféré de l’Olympic. Et son successeur à la barre de ce dernier est le Commandant Herbert J. Haddock.”

Haddock rejoint Southampton pour prendre le commandement du RMS Olympic. Le 3 avril, le navire appareille pour sa dixième traversée transatlantique. Le voyage se passe sans encombre et il arrive à New York le 10 avril.

14 avril 1912

Le voyage retour se passe lui aussi sans accroc jusqu’au soir du 14 avril. Le poste Marconi de l’Olympic reçoit un CQD lancé par le Titanic en train de sombrer à 500 miles nautiques de lui (soit 926 km).

Immédiatement, Haddock ordonne que l’on fasse demi-tour. Il fait aussi pousser les machines à leur pleine puissance pour venir au secours du Titanic. Haddock essaiera de cacher l’information aux passagers pour éviter la panique. Mais certains d’entre eux ont remarqué le matin venu que le cap avait changé et que les canots avaient été débâchés et affalés.

Finalement, le Carpathia informa l’Olympic qu’il était inutile de continuer sur sa lancée. Seulement le tiers des passagers et membres d’équipage avaient pu être sauvés et il n’y avait plus rien à espérer.

Haddock proposa au Capitaine du Carpathia, Arthur Roston, de récupérer les survivants. Roston refusa catégoriquement. Il craint que les rescapés ne subissent un traumatisme inutile en embarquant dans le sister-ship du paquebot qui venait de sombrer sous leurs pieds.

L’Olympic a la plus puissante radio Marconi en service. Il servira de relais d’informations entre le vieux continent, Cape Race et le Carpathia.

Haddock sera par la suite entendu lors de la commission d’enquête américaine sur le naufrage.

Vous pouvez recevoir la traduction de sa déposition en vous inscrivant à la Newsletter de l’Olympic !

Une mutinerie !

Le 24 avril, l’Olympic, dont le pont des embarcations a été chargé de 24 canots supplémentaires est prêt pour une nouvelle traversée au départ de Southampton. Ces canots pour la plupart vieillissants ne rassurent absolument pas les 300 chauffeurs qui décident de se mettre en grève.

Un passager, le Duc de Sutherland, propose de lever une équipe parmi les yachtmen présents dans les passagers. Bien entendu, la White Star déclina poliment cette offre.

La compagnie retarde le départ et l’Olympic est mis au mouillage dans le Solent

160 chauffeurs de remplacement sont recrutés à Liverpool et Sheffield. Mais cette fois, ce sont 53 marins qui se mettent en grève. Les deux raisons invoquées sont que les nouvelles recrues ne sont ni syndiquées, ni compétentes !

Haddock est au pied du mur. Il décide d’envoyer un appel à l’aide au croiseur HMS Cochrane, mais même son commandant n’arrive pas à calmer la situation. La White Star Line se voit contrainte d’annuler ce voyage sous haute tension. Les passagers sont débarqués le 26 avril à Southampton.

La White Star décide de poursuivre les mutins en justice. La cour lui donnera raison, mais ne condamnera pas les grévistes. Le juge a compris les conditions très particulières qui régnaient à bord après le naufrage du Titanic.

Le 15 mai, l’Olympic effectue une nouvelle traversée avec seulement 432 passagers

L’année noire

Pendant le reste de l’année, le sentiment d’incompétence donné par les nouveaux membres d’équipage semble se vérifier ! En juin l’Olympic manque de s’échouer sur des rochers. Le commandement de Haddock est directement incriminé et il sera placé sous haute surveillance durant les prochaines traversées.

En juillet, il s’échoue sur un banc de sable au large de Ellis Island en tentant d’éviter une collision. L’incident qui le retarde de 90h sera tenu secret par la White Star Line. La compagnie tient à éviter toute mauvaise publicité supplémentaire. Il faudra attendre 20 ans pour que l’histoire soit enfin dévoilée !

La suite de l’été n’augure rien de bon. Les ventes de billets sont en chute libre. L’Olympic n’est plus considéré comme un navire sûr par le public. Le 11 août, la White Star annonce que le navire va retourner aux chantiers Harland & Wolff . Il y sera profondément modifié à partie du mois d’octobre 1912.

Ce sera le premier refit du RMS Olympic.

De nouveau sur les mers

Haddock reprend le commandement de l’Olympic à sa sortie des chantiers de Belfast le 22 mars 1913. La compagnie a fait énormément de publicité autour des changements faits sur l’Olympic. Et ces changements n’ont pas été vains. Le 2 avril, il reprend la ligne transatlantique avec à son bord 1500 passagers !

C’est une période calme pour l’Olympic et son équipage. Aucun incident n’est à signaler à part le bris de quelques vitres lors d’une tempête au début de l’année 1914 qui blessa quelques passagers et le commissaire de bord. 

Ce calme sera malheureusement de courte durée. Le monde s’apprête à sombrer dans le chaos de son premier conflit mondial…

Le HMS Audacious

La Première Guerre mondiale a éclaté le 4 août 1914. Il est prévu que l’Olympic soit mis en sécurité avec son nouveau jumeau le Britannic à la fin du mois d’octobre.

Nous sommes le 27 octobre 1914. L’Olympic est au large de l’Irlande dans son voyage retour depuis New York. Il traverse un secteur miné quand sa radio reçoit un message de détresse du HMS Audacious.

Haddock change immédiatement de trajectoire et rejoint le croiseur qui est en train de sombrer. Les 600 membres de l’équipage sont sauvés et accueillis à bord de l’Olympic. Comme le croiseur semblait stable, Haddock essaiera de le prendre en remorque, mais ses tentatives resteront vaines. Les câbles de remorquage lâchèrent à chaque tentative et l’Audacious finit par sombrer.

Le naufrage de l’Audacious immortalisé par Edith et Mabel Smith à bord de l’Olympic (3)

L’Amirauté, ne souhaite pas que la nouvelle du naufrage de l’Audacious n’arrive aux oreilles de ses ennemis. L’Olympic doit à garder tous ses passagers à bord pendant une semaine pour étouffer l’affaire. Pendant ce temps, l’amirauté mène une grande campagne de désinformation.

Retrouvez l’article complet sur l’incident de l’Audacious ici !

C’est sur ce premier coup d’éclat militaire que l’Olympic est enfin mis en sécurité au port de Belfast… Et que le Capitaine Haddock, après 2 ans à la barre de l’Olympic est promu au poste de Commodore d’une flotte fictive ! 

Mais ça, c’est une histoire que nous verrons dans un prochain article !

Samuel Longin

Sources : Encyclopedia Titanica / Findagrave.com / Wikipedia / The Unseen Olympic – Patrick Mylon / Titanic Unseen – Senan Malony

Photos : (1) Herbert Haddock – https://fr.findagrave.com/memorial/104333688. (2) E. J. Smith – Domaine public . (3) Le naufrage de l’Audacious – Photograpie de Edith et Mabel Smith, collection de Nigel Aspdin, Creative Commons.