Ils ont été conçus par les mêmes architectes et ingénieurs. Construits par le même chantier naval avec les mêmes matériaux et étaient promis au même destin. Mais ce n’est pas parce qu’on est jumeaux qu’on est identiques en tous points. Le Titanic et l’Olympic ont beau être issus de la même classe de navires, des centaines voire des milliers de détails les différencient.

Certaines différences sont évidentes quand d’autres demandent de l’attention et une bonne connaissance des plans des paquebots. Toutes ces différences et modifications ont été dictées par la volonté de la White Star Line d’apprendre de l’expérience de l’Olympic pour améliorer son jumeau.

Car l’Olympic est le premier né de sa classe ! Après un voyage inaugural en partance de Southampton le 14 juin 1911 pour New York où il arrive le 21, il commence sa carrière dans une aura de succès commercial et publicitaire. Le Titanic ne démarrera son service commercial que le 10 avril 1912.

Je vous propose donc que nous fassions ensemble le tour des différences notables entre le Titanic et l’Olympic.

Les différences esthétiques extérieures

Alors commençons tout de suite par les différences les plus évidentes entre le Titanic et l’Olympic. Quel que soit votre degré de connaissance sur ces navires, vous pourrez repérer la plupart des modifications apportées au Titanic.

rms olympic essais en mer
L’Olympic lors de ses essais en mer le 29 mai 1911 (1)
Le Titanic à Queenstown
Le Titanic à Queenstown le 11 avril 1912 (2)

Sur le Pont des embarcations

Vous aurez surement du mal à remarquer le premier détail sur les photographies. Il s’agit des ailes de la passerelle sur le Pont des embarcations. Sur le Titanic, ces ailes débordent de 50 à 60 cm de la coque alors que sur l’Olympic elles sont parfaitement alignées avec la coque.

Sur le Pont A

La modification principale qui saute aux yeux lorsque les deux paquebots cote à cote, c’est la promenade de première classe du Pont A.

Sur l’Olympic, cette promenade est complètement ouverte. Sur le Titanic par contre elle est fermée sur la moitié de sa longueur. Les fenêtres de la promenade s’abaissent pour aérer le lieu. Elles permettent aussi l’embarquement des passagers dans les canots de sauvetage en cas d’évacuation.

Pont B

Si vous laissez vos yeux descendre un peu pour arriver sur le Pont B, vous verrez que la disposition des fenêtres (sous la première et deuxième cheminée) est différente.

La raison tient au fait que le pont promenade du Pont B largement réduit sur le Titanic. L’espace récupéré a permis de créer deux promenades privées de 15 mètres et l’ajout de nombreuses cabines de première classe.

Toujours sur le Pont B, remarquez que la promenade de seconde classe (à hauteur de la quatrième cheminée) est découverte sur une plus grande longueur à bord de l’Olympic que du Titanic.

Le dernier né de la White Star bénéficie de deux améliorations qui modifient l’aspect exterieur de cette section. La création du Café Parisien, et l’agrandissement du restaurant à la carte ainsi que ses cuisines.

Maintenant que vous êtes prêt à différencier d’un coup d’œil les deux jumeaux, passons à des différences plus subtiles.

Le Titanic et l’Olympic n’ont pas les mêmes aménagements

Commençons par le pont des embarcations et dirigeons-nous vers la passerelle. Sur l’Olympic, la timonerie est arrondie alors que sur le Titanic elle est droite.

Sur le Pont A, vous le savez, la promenade de première classe du Titanic est en partie couverte. On retrouve aussi l’ajout de deux cabines de luxe au niveau du grand escalier arrière. La cabine A36 sera celle de Thomas Andrews et la A37 celle de Francis Browne.

Au niveau du Pont B une entrée supplémentaire de première classe a été crée en plus de l’agrandissement du restaurant à la carte et la création du Café Parisien.

La disparition d’une partie des promenades est l’un des facteurs qui permettent au Titanic de surpasser son prédécesseur. Alors que l’Olympic impressionnait déjà le monde entier avec ses 45.324 tonneaux, le Titanic lui affiche 46.328 tonneaux !

Mais les passagers ne s’encombrent pas de tant de chiffres. Ce qui retient surtout leur attention, ce sont les moquettes. Luxueuses et épaisses, les moquettes de Axminster du Titanic surclassent de très loin les linos de l’Olympic.

Sur le Pont D, on remarque une réception agrandie à bord du Titanic. Les bains turcs du pont F, déjà remarquables sur l’Olympic, offrent une décoration plus aboutie encore sur son jumeau.

De façon générale, le Titanic est considéré comme étant plus luxueux que l’Olympic. Que se soit dans ses boiseries, ses sols, ses commodités, le Titanic est une évolution de son prédécesseur. Il a profité de toute l’expérience acquise lors des premiers voyages de l’Olympic.

L’hélice de la discorde

S’il y a un sujet méconnu du grand public mais qui est au cœur d’un débat enflammé entre passionnés, c’est bien celui-là !

Les navires de classe Olympic étaient propulsés par trois hélices. Deux latérales tripales de 7.20m de diamètre et une hélice centrale de 5.20m de diamètre. Là où les esprits de passionnés s’embrasent, c’est sur le nombre de pales de l’hélice centrale du Titanic.

hélices de l'olympic
Les hélices de l’Olympic. Cette image est souvent mal légendée comme étant une photo des hélices du Titanic (3)

Pendant près d’un siècle, les experts se sont accordés pour penser que le Titanic était équipé d’une hélice centrale à quatre pales, identique à celle de son prédécesseur. Depuis 2007, il a cependant été prouvé grâce à la découverte de registres de Harland & Wolff (le chantier naval qui a construit les deux navires) que le Titanic était équipé d’une hélice à trois pales.

Ses hélices latérales étaient aussi légèrement différentes dans leur inclinaison. Mais pourquoi avoir posé des hélices différentes d’un navire à l’autre ? Et bien tout simplement pour tester différentes configurations et voir les performances qui en découlent ! Grâce à ce test, les ingénieurs de Belfast s’attendaient à constater une hausse de la vitesse du navire de 1/8 à 1/4 de nœud.

Aujourd’hui encore, de très nombreux passionnés refusent d’accepter les faits et préfèrent imaginer le Titanic avec une hélice centrale à quatre pales. Pourquoi ? Surement par habitude et par peur de l’asymétrie (pourquoi pas ?). Je ne peux que vous conseiller de rester hors de ce débat sans fin. Vous voilà prévenu !

Retrouvez l’analyse documentée complète de Mark Chirnside en cliquant sur le lien présent dans les sources de l’article !

Une évolution perpétuelle

Titanic et Olympic
L’Olympic à gauche et le Titanic à droite (encore en construction) le 6 mars 1912 (4)

Bien sûr, il existe des milliers d’autres différences dont nous n’avons pas parlé aujourd’hui. Par exemple, la disposition du matériel radio ou encore les aménagements sanitaires. Mais je ne pense pas qu’une liste exhaustive soit du plus grand intérêt. La vérité, c’est que personne ne peut connaitre toutes les différences entre les deux jumeaux.

N’hésitez pas à me faire part d’autres différences entre les deux paquebots que vous aimeriez ajouter à cette liste. Pour ça, on se retrouve en commentaires !

Le Titanic et l’Olympic font partie de la même famille et se ressemblent beaucoup mais ils restent des navires uniques. La vie des paquebots est aussi faite de nombreuses refontes pour les maintenir en état et s’assurer qu’ils restent au goût des passagers.

Si la carrière du Titanic fût trop courte pour que ses aménagements soient modifiés, l’Olympic va énormément évoluer au fil des années. En commençant par sa première refonte massive de 1913. A chaque étape de sa carrière des améliorations seront apportées et contribueront à le rendre plus unique et passionnant encore. Mais ça, vous le découvrirez dans de prochains articles !

Samuel Longin

Sources : Enyclopedia Titanica : Titanic Deck Plans / Titanic Museum : Olympic Deck Plans (Attention ! Ces plans ne représentent pas l’Olympic dans sa période 1911-1912) / Mark Chirnside : Titanic center propeller /

Photos : (1) L’Olympic lors de ses essais en mer, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Olympic_(ship,_1910).jpg / (2) Titanic à Queenstown, Cobh Heritage Centre, museum in Cobh, Ireland, http://www.cobhheritage.com, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Titanic-Cobh-Harbour-1912.JPG / (3) Les hélices de l’Olympic au dry dock, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Titanic%27s_propellers.jpg / (4) Olympic et Titanic, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Olympic_and_Titanic.jpg

Pour en savoir plus sur les moquettes de Axminster : https://en.wikipedia.org/wiki/Axminster_Carpets /